vendredi 25 novembre 2011

Premier été


4 de couv' :

Deux soeurs se retrouvent une fin d'été en Haute-Saône, afin de vider la maison de leurs grands-parents décédés. Depuis longtemps, Catherine, la benjamine, se tient loin de ce village... Pourtant, chaque coin de rue ou visage croisé font surgir en elle des souvenirs précis et douloureux. Sa soeur aînée a fondé une famille, elle, non. Devenue libraire, c'est une femme solitaire.
A l'adolescence déjà, elle passait ses heures dans les livres. Mais pour ce qu'elle a vécu ici, l'été de ses seize ans, l'été de sa lecture du Grand Meaulnes, "il n'y a pas eu de mots. Il n'y en a jamais eu, ni avant, ni après. C'est quelque chose qui ne ressemble à rien d'écrit." Quinze années ont passé, et personne n'a jamais su quel secret la tenaillait depuis tout ce temps, le drame dont elle a peut-être été coupable.
C'est une histoire d'innocence et de cruauté que nous raconte Anne Percin. Sensuelle et implacable à la fois, douce-amère comme tous les crève-coeurs de l'enfance.


J'ai entendu parler de ce livre par le blog "Je suis venue te lire", dont vous trouverez le lien sur votre droite (et dont j'adore le concept d'interviewer et photographier les gens qui lisent dans les transports en communs ou dans un parc ou dans tout autre lieu public).

Ce court roman (163 pages) est un vrai petit bijou. Une écriture, douce, fine, simple, mais ciselée où on a l'impression de vivre avec elle les souvenirs de la narratrice (sans doute aussi parce que je suis de la même génération qu'elle, à 2-3 ans près) : on sent la chaleur de l'été sur la peau, cette sensation étouffante des jours d'orage en été, le moindre parfum respiré dans la nature, l'odeur du chlore de la piscine, le goût des carambars, on entend le chant des grillons, les cloches de l'église, on ressent à nouveau nos impressions d'adolescentes...

On sait dès le départ qu'il s'est passé quelque chose, cet été là, de suffisamment fort pour qu'il marque la narratrice pour le reste de sa vie. Ce qui ajoute un suspens et une certaine tension pour ce qui pourrait n'être qu'une banale évocation d'un été de premières amours. Mais sans cela, pas si banale finalement tant l'auteur sait faire partager les sensations, interrogations et sentiments de cette adolescente.

Et si vous voulez un autre avis sur ce roman, allez donc zyeuter par là !
.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire